Non-raffiné, pur, intense

Soucieux de préserver notre cacao de toute transformation dommageable à sa précieuse nature, nous ne lui avons pas fait subir l'étape dite du « conchage ».

 

Ce processus consiste à pétrir le cacao et le sucre à une haute température (pouvant atteindre plus de 90 degrés Celsius) durant de longues heures (parfois des jours), jusqu'à ce que les particules de cacao et de sucre deviennent indétectables à la langue.

 

En plus d'affiner le cacao au point qu'il en devienne méconnaissable, le conchage sert aussi à évaporer certains composés volatils, pourtant caractéristiques du cacao, qui risquent de déplaire au consommateur lambda.

 

Par respect de notre cacao et de ce qu'il nous transmet de son terroir, nous ne lui infligeons pas les standards du chocolat industriel.

 

La texture fondante, le goût vanillé et éventuellement lacté qu'on nous a persuadé être les savoureuses caractéristiques du chocolat sont, en fait, destinés à rendre le produit plaisant au plus grand nombre possible, tout en réduisant les coûts de production au maximum.

 

Le raffinage excessif lors du conchage, l'ajout de lait en poudre, graisses végétales ou animales, arômes, autres substances et beaucoup de sucre masquent l'amertume compromettante du cacao industriel de mauvaise qualité, rendant ainsi la mixture plus agréable à consommer.

 

Le lait en poudre permet non seulement d'affadir une saveur de cacao que certains consommateurs peuvent juger trop prononcé mais aussi de réduire considérablement les coûts en se substituant au beurre de cacao, qui, lui, coûte cher.

 

Nos chocolats Sadé n'ont pas besoin de ces artifices. Une torréfaction douce, un broyage simple et un peu de sucre de canne brut suffisent à ce que notre cacao, cultivé avec soin dans des petites plantations, révèle une profusion de saveurs.

 

Nos chocolats sont bruts, rustiques, non raffinés, inaltérés et intensément aromatiques.

 

Ils sont atypiques, déroutants et ils l'assument.